Demain peut-être

 

Ont-ils oublié leurs promesses ?
Au moindre rire, au moindre geste
Les grands amours n’ont plus d’adresse

Quand l’un s’en va et l’autre reste


N’est-il péché que de jeunesse ?
N’est-il passé que rien ne laisse ?
Les grands amours sont en détresse
Lorsque l’un part et l’autre reste

Lire la suite

Publicités

Poétesses

Diglee se définit comme illustratrice, éditrice et féministe. Je suis son blog depuis un moment déjà et il est référencé sur le mien dans les « Chouchous ». Ce mois-ci, elle a eu l’excellente initiative de faire une sélection de poétesses (plus du 19ème et début du 20ème) et d’en faire l’illustration.

Tout comme elle, j’ai suivi un cursus littéraire et pendant mes études aucune mention de poétesses. Nous partageons également, outre le goût de la poésie, un attachement certain à Eluard, et même si l’art ne saurait être genré à mon sens, il faut rétablir la place qui revient aux femmes car elles ont été mises à l’écart depuis trop longtemps.

laisser ses larmes couler

Je suis le temple vide où tout culte a cessé
Sur l’inutile autel déserté par l’idole ;
Je suis le feu qui danse à l’âtre délaissé,
Le brasier qui n’échauffe rien, la torche folle…

extrait de La Torche de Marie Nizet

Diglee nous propose donc 31 poétesses : américaines comme Adelaïde Crapsy ou Emily Dickinson ou encore l’américaine d’origine franco-cubaine Anaïs Nin, anglaises comme Mina Loy ou la poétesse britannique de langue française Renée Vivien, russes comme Anna Akhmatova ou Marina Tsvetaeva, autrichiennes comme Ingeborg Bachmann, luxembourgeoises comme Anise Klotz, suisses comme Edith Boissonas ou la suisse-allemande Meret Oppenheim, libanaises comme Jouamana Haddad, belges comme Andrée Sodenkamp et bien sûr françaises comme Marceline Desbordes-Valmore, la franco-roumaine Anna de Noailles ou la française d’origine syro-libanaise Andrée Chédid…

http://diglee.com/poetesses-et-inktober-2017/

Dans cette liste de noms correspondant au 31 jours du mois d’octobre, je me permettrai de rajouter Louise Labé (1524-1566), Gabrielle de Coignard (?- 1594),  Marguerite de France (1552-1615) et en illustration Marie Nizet (1859-1922). Il va de soi que la liste ne saurait être exhaustive.

 

Salon du Fantastique, 6ème édition

Bonjour les Ami.e.s,

Du 3 au 5 novembre 2017, c’est la 6ème édition du Salon du Fantastique à Paris. Et la cerise sur le gâteau, c’est qu’il est possible d’y rencontrer Gilles Chevallier, auteur de la saga « Les Compagnons de l’Orbe ».

Les lecteurs/trices réguliers/ières de Regards SLiens le connaissent bien maintenant. La parution du tome 3 est prévue pour décembre ou janvier.

Personnages de la saga « Les Compagnons de l’Orbe » illustrés par Cyril Barreaux

Alors ne soyez pas timides, faites vous dédicacer votre exemplaire du tome 1 ou 2, et/ou participez au petit concours qu’il organise. Ou alors simplement venez découvrir son univers fantastique rempli d’humour et les aventures de ses personnages truculents, à la sauce rabelaisienne.

Gilles sera très heureux de vous accueillir à son stand (avenue du dragon, en face de l’accueil) et de partager un moment avec vous.

Salon du Fantastique : https://www.salon-fantastique.com/

Les Compagnons de l’Orbe lien FB : https://www.facebook.com/Les-compagnons-de-lorbe-1578883992323164/

Les Compagnons de l’Orbe blog : http://les-compagnons-de-lorbe.com/

 

La Tresse

La Tresse est le premier roman de Laetitia Colombani. L’idée lui est venue lorsqu’elle a accompagné une amie, atteinte d’un cancer, pour l’aider à choisir une perruque.

Smita l’indienne, Giulia la silicienne et Sara la canadienne, trois portraits de femmes courageuses qu’on découvre à un moment crucial de leur vie, qui devront faire un choix qui les marquera à tout jamais. Des univers différents qui ne se rencontrent jamais et avec pour seul lien la chevelure féminine.

Un joli roman qui évoque aussi des aspects terrifiants du quotidien que l’on fait subir à une moitié de la population mondiale et de ces femmes qui continuent à se battre malgré toutes les embûches semées sur leur passage. Avec un sujet qui me tient particulièrement  à cœur : celui de l’accès à l’éducation des filles.

C’est le personnage de Smita qui m’a le plus touché et c’est elle que j’aurais envie de serrer dans mes bras. Quel sera le vôtre ?

Lire la suite

Le serpent qui danse

Un certain nombre de photographes sliens prennent prétexte l’inspiration à de grands maîtres. Soit. Mon œil a été attiré récemment par l’affiche sur Flickr d’une exposition  » The Dancing Serpent ».

J’aime beaucoup les poèmes de  Charles Baudelaire et je n’ai tout d’abord pas voulu me confronter à cette exposition par crainte d’être déçue bien sûr, ou agacée, mais je suis également tombée sur un article de Kate Bergdorf, auteure de ces images,  qui met sur le même plan les photographies virtuelles et les photographies réelles.

 http://maps.secondlife.com/secondlife/Hidden%20Village/33/179/875

J’ai lu attentivement et je vous fais part de quelques réflexions sur « Le serpent qui danse ».

Lire la suite

Le tendre et dangereux visage de l’amour

Le tendre et dangereux  visage de l’amour m’est apparu un soir, après un trop long jour. C’était peut-être un archer, avec son arc ou bien un musicien, avec sa harpe.

Je ne sais plus. Je ne sais rien. Tout ce que je sais, c’est qu’il m’a blessée, peut-être avec une flèche, peut-être avec une chanson.

Tout ce que je sais, c’est qu’il m’a blessée, blessée au cœur et pour toujours.

Brûlante, trop brûlante blessure de l’amour…
                                                                      
Jacques Prévert

un-bouquet-de-roses

Bouquet de roses rouges : Scandalize Roses (free group gift, 0 L$) : http://maps.secondlife.com/secondlife/Yavin%20Isles/135/109/23

BD « Jacques Prévert n’est pas un poète« , Cailleaux (dessin) et Bourhis (scénario) : http://www.lemonde.fr/bande-dessinee/visuel/2017/01/16/jacques-prevert-n-est-pas-un-poete_5063449_4420272.html#/chapters/01/pages/1