De la jeune fille au chevreau à la femme exécutée à la Libération

Il était une fois, la jeune fille au chevreau…Cela aurait pu être un joli conte de Noël. Mais « aurait pu » seulement.

Elle s’appellait Marcelle Battu. A 17 ans, elle pose comme modèle pour une sculpture de Marcel Courbier  » La jeune fille au chevreau ». Nous sommes dans les années 20. Elle devient une vedette locale.

La jeune fille au chevreau, Marcel Courbier, Bronze, 1925

La jeune fille au chevreau, Marcel Courbier, Bronze, 1925

L’histoire aurait pu être belle s’il n’y avait pas eu la guerre. La deuxième guerre mondiale pour être plus précise. Et à la Libération, le retour de la « France virile ». Le modèle va connaître alors un destin tragique.

« En ce temps-là, pour ne pas châtier

les coupables, on maltraitait des

filles. On allait même jusqu’à les

tondre. »

Dans les années 20, « La jeune fille au chevreau » est exposée dans les jardins de la fontaine de la ville de Nîmes avant d’être vandalisée à deux reprises en 1944 et finir oubliée dans les réserves de la ville.

La jeune fille y apparaît nue, ses longs cheveux blonds enroulés sur les côtés en macarons, la tête modestement baissée,  le corps incliné vers l’arrière, à genoux dans l’herbe, les jambes serrées, le bout des doigts de sa main gauche délicatement posés au sol pour prendre appui, sa main droite offrant un épi de maïs à un chevreau.

Le modèle est très jeune, c’est le corps d’une adolescente qui correspond aux standards de l’époque : petits seins, cuisses charnues, des rondeurs au niveau du ventre et du bassin.

Sa coiffure peut nous rappeler celle de la Princesse Leia Organa dans la saga Star Wars, près d’une soixantaine d’années plus tard.

Carrie Fisher dans son personnage de Leia et ses fameux macarons

Carrie Fisher dans son personnage de Leia et ses fameux macarons

La sculpture est belle, gracieuse et délicate. Elle offre un symbole de pureté et d’innocence.

Marcelle Battu est ainsi exposée par le sculpteur nîmois Marcel Courbier et elle devient une vedette locale.

1925

Les années passent. Marcelle s’appelle désormais Mme Marcelle Polge. La jeune fille est devenue une jolie jeune femme qui attire toujours les regards et elle est de nouveau exposée. Mais de manière très différente…

Elle fait l’objet d’un procès médiatisé pour « intelligence envers l’ennemi » mené par une cour martiale. D’autres femmes ne connaitront pas de procès. Mais il s’agit ici d’un simulacre de justice.

A la Libération, on fait la chasse aux collabos. Parmi la foule vindicative et haineuse, des résistants de la dernière heure, des hommes qui veulent en découdre, des « justiciers improvisés », des gendarmes, quelques femmes qui hurlent avec les loups, soulagées de ne pas subir le même sort….La foule devient juge et bourreau.

Parmi les « collabos », des cibles de choix : les femmes. Célibataires pour la plupart, de 20 à 35 ans, de condition modeste, des proies faciles. On met dans le même sac, celles qui ont collaboré,  celles qui ont eu des relations sexuelles volontaires, la « collaboration horizontale »  ou  imposées avec des Allemands… Celles aussi qui pour survivre dans ces temps de restrictions et de vache maigre, ont  travaillé pour « l’Ennemi » en tant que lingères, domestiques, cuisinières…Celles qui se sont « débrouillées » malgré le rationnement…Celles qui ont eu le malheur d’être nées femmes dans un monde en guerre…

femme-tondue-1944

16 août 1944, Simone Tousseau, 23 ans, tenant dans ses bras son bébé de 3 mois, tondue pour avoir eu un enfant avec un Allemand (crédit photo Robert Capa)

Femmes tondues et dénudées exhibées sous les rires et les crachats

Femmes tondues et dénudées exhibées sous les quolibets et les crachats

On peut régler ses comptes, assouvir des vengeances en calomniant : cette jeune institutrice dont l’histoire n’a pas retenu le nom, qui a été dénoncée par un prétendant éconduit, comme « poule à boches », sous le prétexte que son logement de fonction se trouvait près des baraquements de soldats allemands. Elle sera tondue parmi la population qui l’insulte, qui lui crache au visage…Tondue, humiliée, traumatisée. Sans comprendre ce qu’on lui reproche.  Elle quittera son village, ses élèves qu’elle aimait tant et qui le lui rendaient bien. Elle ne se mariera jamais et n’aura pas d’enfant.

"Les poules à boches"

« Les poules à boches »

Toutes sont violentées, certaines auront le pubis rasé et seront obligées de parcourir un long chemin entièrement nues, suivies par un cortège surnommé le carnaval moche par Alain Brossat. Pour les humilier plus encore. On choisit un lieu public comme la place d’une mairie, les marches d’un palais de justice….On les livre en pâture à la populace.  On dessine parfois sur leur front et/ou sur leur corps des croix gammées et elles essuient des jets de pierre.

femmes-tondues-croix-gammee

Dans certains villages, des prostituées seront épargnées car notables et officiers allemands ont fréquenté les mêmes maisons closes, dans d’autres elles subiront le même traitement.

Marcel Granier, président du conseil départemental de la Résistance en Haute-Garonne, témoigne : « A la Libération de Toulouse, le 19 août 1944, ou le lendemain, trois ou quatre femmes nues, une croix gammée dessinée sur le corps, ont été promenées rue Alsace-Lorraine devant une foule en colère. Je travaillais dans la police. On nous a prévenus. Nous sommes allés chercher ces femmes. On les a arrachées à la foule et on les a sauvées. C’était ignoble ». 

Mais revenons à la jeune fille au chevreau et à son procès suivi par la presse locale.

« Mme Polge née Marcelle Pattus (Battu) est née en 1907, on lui reproche ses relations assidues avec le commandant Saint Paul, ses fréquentations avec Georges et Yvette, interprètes, ses relations avec Mr Fritz directeur de l’Office allemand de placement, enfin ses moyens d’existence vraiment somptueux. »

Marcelle Polge

Marcelle Polge

Le procureur n’apportera aucune preuve et des témoignages indirects. Les « moyens d’existence vraiment somptueux » se résumeront finalement à quelques coupes de cheveux gratuites de la part d’une coiffeuse en remerciement pour être intervenue pour éviter à son fils une déportation aux STO en Allemagne et un kilo de viande donné par un boucher.

Il évoque  » une femme vertueuse, véritable déesse antique, aux agissements bizarres, jouant l’ignorance, l’innocence et même la pureté ». En conclusion, il indiquera que « ses dépenses ne correspondaient pas à ses biens et que ses fautes sont supérieures à ses bienfaits, si bienfaits il y a eu. »

Le 2 octobre 1944, après avoir été tondue, Marcelle Polge sera fusillée. Et comme si cela ne suffisait pas, son cadavre sera mutilé avec une violence inouïe.

Les tontes ont été interprétées comme un moyen pour les hommes de retrouver leur virilité, le retour de la « France virile » après la cuisante défaite de 40, en se réappropriant le corps des femmes, et revenir à un rôle traditionnel homme/femme.  La chevelure symboliserait ainsi la féminité. Un châtiment expiatoire pour une population frustrée et humiliée par 4 années de guerre. Les femmes françaises obtiendront le droit de vote en 1944 mais pas celui de disposer librement de leur corps.

L’épuration fait régner la terreur : exécutions sommaires, lynchages, zones de non-droit…On banalise le traitement infligé aux tondues mais il faut savoir qu’avec le retour des tribunaux, il y aura parfois double-peine : spoliation des biens, internement et parfois exécution comme pour Marcelle Polge. Et cela même si « l’intelligence avec l’ennemi » n’existe pas dans le droit français.

Jusque dans les années 70, ce passage peu glorieux de notre histoire n’était évoqué par les médias que comme punition envers des femmes qui s’étaient rendues coupables de trahison. Puis le regard a changé, la tondue a été aussi associée à une femme amoureuse puis seulement bien des années plus tard à une victime, un châtiment injuste qui pouvait être dirigé contre n’importe quelle femme, même des résistantes.

On estime entre 20 000 et 40 000 le nombre de femmes qui furent tondues en France entre 1943 et 1946. Les « tondues » restées en vie ne témoigneront pas. Les enfants nés d’unions avec l’occupant porteront le poids de la honte familiale.

epuration

Et sachant que l’homme n’apprend jamais de son histoire, on sait que la barbarie a encore de beaux jours devant elle.

« En ce temps-là, pour ne pas châtier

les coupables, on maltraitait des

filles. On allait même jusqu’à les

tondre. »

Comprenne qui voudra

Moi mon remords ce fut

La malheureuse qui resta

Sur le pavé

La victime raisonnable

À la robe déchirée

Au regard d’enfant perdue

Découronnée défigurée

Celle qui ressemble aux morts

Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet

Et couverte

Du noir crachat des ténèbres

Une fille galante

Comme une aurore de premier mai

La plus aimable bête

Souillée et qui n’a pas compris

Qu’elle est souillée

Une bête prise au piège

Des amateurs de beauté

Et ma mère la femme

Voudrait bien dorloter

Cette image idéale

De son malheur sur terre.

Paul Eluard

 

Il était une fois, la jeune fille au chevreau…

 

Le procès de Marcelle Polge vu par la presse locale : http://docplayer.fr/22713194-La-jeune-fille-au-chevreau.html

Extrait du témoignage de Simone Ducreux qui évoque les cris d’une femme tondue  : http://museedelaresistanceenligne.org/media4359-Tonte-dune-femme-rue-de-Tournon

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “De la jeune fille au chevreau à la femme exécutée à la Libération

  1. Il est temps que la lumière soit entièrement faite sur ces ignominies. Trop de sales choses ont été pardonnées aux « vainqueurs »… C’est juste maintenant que très témérairement on ose en parler et dénoncer ces abominations!
    En brandissant crânement « L’histoire pour les nuls », on nous parle plus volontiers, « des crimes commis par LA FRANCE en Algérie ou au Veldiv, que des horreurs révolutionnaires perpétrées en Vendée ou à la libération.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s