Le Fessetival de Cannes et la misogynie à la française

à gauche : la photo originale de Claudia Cardinale en 1959 à droite : la photo très retouchée pour l’affiche du Festival de Cannes 2017 (moins de taille, moins de cuisses, une mèche de cheveux en moins)

 

Communiqué du Festival de Cannes : « La politique d’ouverture et d’accueil va souffler cette année, comme chaque année, sur la Croisette, pendant 12 jours d’images d’un monde qui ose se dire, se montrer, se regarder. »

C’est certain qu’il fallait oser. Oser présenter une image retouchée de « femme indépendante » (sic) avec plusieurs kilos en moins. La traque à la moindre rondeur, un mépris des courbes réelles féminines, le gommage de la singularité d’un individu. Un monde de clones ou d’avatars.  L’affiche a été dénoncée sur Twitter par Vincent Coquaz, journaliste.

Selon un « journaliste » du Figaro, il s’agirait de  » futilité de la polémique montée de toutes pièces par quelques féministes« . Ben, voyons. On fait du sale boulot et on diabolise l’autre. Pourtant la photo originale était belle. Ce qui est « futile », débile, voire inconscient c’est d’avoir retouché cette photo !

Rappelons à cet individu (et aux autres) que «l’exposition des jeunes à des images normatives et non réalistes du corps entraîne un sentiment d’auto-dépréciation et une mauvaise estime de soi pouvant avoir un impact sur les comportements de santé», et que « entre trente mille et quarante mille personnes, des adolescentes dans 90 % des cas, souffrent d’anorexie mentale, une des pathologies psychiatriques ayant la plus forte mortalité« .

Notons également qu’une loi contre la maigreur excessive des mannequins a été adoptée à l’assemblée, et que les photos retouchées doivent être mentionnées. Mais faute de décrets dans le Journal Officiel, la loi n’est toujours pas appliquée.

Pub 2017 pour la marque YSL, un vrai cas d’école : apologie de la maigreur, modèles ados, postures pornographiques, culture du viol : la nouvelle « élégance à la française » ?

 

Quant à Claudia Cardinale, qui s’affirme pour l’occasion « féministe convaincue », elle ne voit aucune atteinte au corps des femmes mais une « sublimation », et puis ce n’est que du cinéma…Pas assez bien, pas assez mince, pour poser sans retouche à 21 ans pour une affiche du Festival de Cannes mais il y a des choses plus importantes dans ce bas monde. Et rien de tel que celui/celle qui ne veut pas voir. C’est une actrice évoluant dans son monde. Cocktails, petits fours, jets privés, vêtements de grands couturiers, vacances dans des palaces, maquilleuses, coiffeuses, chauffeurs, gardes du corps…Un stage dans le service d’un hôpital traitant l’anorexie et des rencontres avec des professionnels de la santé s’imposerait-il ?

Une étude prouve que 94 % des adolescentes aux Etats-Unis ont déjà été victimes d’humiliations concernant leurs corps ou leurs poids : le phénomène body shaming. Et cela ne s’arrête pas à leurs frontières.

A quoi reconnaît-on les cons déjà ? Ah oui, ils osent tout effectivement. En ignorant, en banalisant, en méprisant les conséquences pour la santé mentale et physique d’autrui. Ce n’est pas leur propos. Chacun pour sa pomme. Faire parler de soi, à n’importe quel prix. On se dédouane en disant que tout le monde fait pareil : dans la publicité, la mode, le cinéma…Et puis c’est tellement plus glamour !

La femme parfaite selon VS en 2014 : jeune, grande, très mince, pas trop foncée, traits de type caucasien, cheveux longs

Bienvenue dans le royaume de l’Ego et du Dieu Fric avec toute sa petite armée de faux rebelles bien obéissants.  Une véritable usine à broyer les individus et à éliminer tout ce qui ne rentre pas dans la norme.

Mais surtout gardons le sourire. Ce n’est que du cinéma, après tout…La femme de la rue n’existe pas dans leur monde. La vraie femme indépendante, qui n’a rien de « légère » comme dirait Simone de Beauvoir, celle qui travaille pour payer son loyer, pour vivre et faire vivre les siens, qui se reçoit des remarques déplacées, coincée même dans la rue entre d’immenses affiches et des magazines faisant l’apologie de la nouvelle élégance à la française, c’est-à-dire l’apologie de la maigreur, avec des modèles forcément très jeunes, aux postures pornographiques et avec en toile de fond la culture du viol, celle-là même qui peut être victime de harcèlement voire pire.

C’est ce qu’on pourrait appeler aussi une violence de classe. Et c’est tout aussi violent même si bon nombre d’individus l’ont déjà intégrée.

La misogynie à la française ne montre pas son nom. « On » aime les femmes, « on » adore les blagues sur les blondes, « on » les sublime et puis c’est pour leur bien. Paternalisme à la française.

En tous les cas, cela ne passera pas par moi. Et vous ?

Version Charlie Hebdo

 

 

Pour en savoir plus :

« Jamais assez maigre » de Victoire Maçon Dauxerre, Les Arènes, témoignage d’une ex-mannequin : « Pour un défilé, il faut entrer dans du 32-34.  On me voulait, certes, mais maigre. J’étais belle parce que j’étais maigre. C’était ma seule valeur. Mais plus je maigrissais, plus je me sentais grosse. L’anorexie est un cercle vicieux. Et l’ironie, c’est que l’on me demandait de maigrir alors que mes photos étaient la plupart du temps retouchées. On me rajoutait des cuisses, des joues… »

« La Société du Paraître » du sociologue Jean-François Amadieu, Odile Jacob : « Les femmes sont beaucoup plus sujettes à des critiques. Le fait d’avoir des bourrelets sera plus toléré, voire apprécié, chez un homme que chez une femme ».

NB : à la suite de nombreuses plaintes de citoyens/citoyennes lors de la campagne de pub YSL du mois de mars, les affiches ont été retirées et à l’instar de Londres et de Genève, la mairie de Paris a interdit la diffusion, la promotion et la valorisation d’images dégradantes.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s