Hedy Lamarr : scientifique et starlette de cinéma

Durant de trop nombreuses années, une partie de la population mondiale, en l’occurrence les femmes, a été exclue de nombreux domaines comme la Littérature, l’Art ou les Sciences.

« Muses », « inspiratrices », « assistantes », « épouses ou maîtresses de… », on a souhaité reléguer les femmes à des rôles subalternes comme des éternelles mineures.

Une exposition sur Second Life « Women Science History Museum » met en lumière quelques unes de ces scientifiques souvent méconnues.

Je me suis intéressée plus particulièrement à l’une d’entre elles, Hedy Lamarr, plus connue dans les années 40 comme starlette de cinéma que comme mathématicienne, l’inventrice du « système Lamarr ».

women-of-science-history-museum_002

http://maps.secondlife.com/secondlife/Lilliam/95/157/21

1933 : un rôle grotesque mais sulfureux

Hedy Lamarr, née Hedwig Eva Maria Kiesler,  a tout juste 18 ans. Elle a tourné Ecstasy (Extase), un film tchèque, sorti en 1933,  où elle est filmée en gros plan simulant un orgasme (pour la petite histoire, le réalisateur, peu respectueux de sa jeune actrice, lui aurait piqué les fesses avec une épingle à nourrice) et courant toute nue dans un champ après un cheval qui a emporté sa robe… C’est grotesque mais ces scènes très osées  pour l’époque marqueront sa réputation à tout jamais.

lamarrectasy

 Années 40 : la machine hollywoodienne et une invention négligée

Quelques années plus tard, Hollywood s’empare de la jeune actrice et la modèle à sa façon. Les couvertures de magazine foisonnent, souvent ridicules et où elle semble s’ennuyer ferme.

lamarr-hollywood

Les qualificatifs pleuvent :  plus belle femme du monde, pin-up, scandaleuse, glamour, starlette…On accentue son côté « brune exotique » et « scandaleux » et elle enchaîne des rôles plus ou moins sulfureux. Elle symbolise ce qu’on appelle communément un sex-symbol.

hedy-lamarr-brune-exo

Parallèlement à sa carrière d’actrice et naturalisée américaine en 1953, Hedy Lamarr, née autrichienne dans une famille juive et bourgeoise,  a une partie de sa famille et de ses amis qui vit dans l’Europe occupée. Elle se plonge dans l’étude de techniques pouvant contribuer à la défaite des Allemands et en 1941, en collaboration avec George Antheil, compositeur et pianiste américain, elle cède à l’armée américaine les plans de son « commutateur de fréquence » qui pourrait guider une torpille en utilisant la technologie appelée « zapping radio » pour que la fréquence ne puisse être interceptée.

Son invention n’est pas prise au sérieux. C’est une femme et une starlette de cinéma. Un corps, pas un cerveau qui doit se conformer à son rôle : faire fantasmer les hommes et rapporter de l’argent à l’industrie du cinéma. Elle reçoit pour toute réponse un remerciement poli. L’armée américaine n’utilisera pas son système lors de la seconde guerre mondiale.

hedy_lamarr_wcw_11nov15

En 1942, le brevet US 2.292.387 est accordé à George Antheil et Hedy Kiesler Markey, de son nom de femme mariée.

Années 70 : une reconnaissance tardive

1977 : Les idées d’Hedy Lamarr reçoivent une reconnaissance officielle et elle obtient plusieurs prix.

Elle déclarait à la presse : « Une femme doit, jusqu’à son dernier soupir, soigner sa personne. Elle ne peut laisser son physique et sa beauté se dégrader« .

Curieux et cruel paradoxe : alors que sa beauté s’est flétrie, c’est son intelligence qu’on salue, presque 40 ans après son invention. C’est désormais une starlette vieillissante et déchue, dont la carrière a décliné dans les années 50, et une femme abîmée par la chirurgie esthétique, souffrant de cataracte et qui n’assistera pas aux cérémonies en son honneur.

Portée aux nues pour son physique tout au long de sa carrière et ignorée pour son intelligence,  enfermée dans les stéréotypes de son époque auxquels elle a essayé d’échapper malgré tout mais sans vraiment y parvenir,  Hedy Lamarr n’a pu supporter l’oubli du public et la perte de sa jeunesse et c’est cette ambiguïté qui la rend humaine.

Et ce n’est que bien des années plus tard qu’une technologie similaire au « système Lamarr » allait devenir une composante essentielle du GPS, du wifi et de la téléphonie mobile…

Mais l’inconscient collectif retiendra désormais l’image d’une jeune et belle actrice sexy qui a inventé un « truc« … illustrée par une campagne de publicité pour la firme Boeing, lancée en 2003, soit 3 ans après son décès.

boeing-hedy-lamarr

 

Je terminerai par cette autre citation d’Hedy Lamarr, un brin désabusée et on la comprend :

 

 Any girl can be glamorous, all you have to do is stand still and look stupid. (N’importe quelle fille peut avoir l’air glamour, tout ce que vous avez à faire est de rester immobile et de prendre un air idiot.)

 

Pour en savoir plus sur l’exposition « Women Science History Museum » sur Second Life, vous pouvez lire l’article intéressant et plus complet sur le blog de Chloé :

https://thelittleworldsl.wordpress.com/2016/11/13/women-science-history-museum/

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Hedy Lamarr : scientifique et starlette de cinéma

  1. Coucou Fanette,

    Merci pour le lien 🙂 Ton article est intéressant, tout comme l’histoire d’Hedy Lamarr, qui démontre bien le poid sexiste qui peut étouffer et cacher le génie d’une partie de la population.

    Pour compléter, il est intéressant de regarder les pages wiki de certaines de ces scientifiques.

    Florence Bascom, bien que sa page wiki anglo-saxone est relativement complète, la page française… https://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Bascom

    Mary Corinna Putnam, une page wiki très pauvre et le classique ‘femme de », « fille de » https://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Corinna_Putnam

    • Merci pour ces précisions Chloé 🙂
      J’aurais bien imaginé Hedy Lamarr en belle dame âgée allant chercher ses récompenses la tête haute et fière d’être enfin reconnue pour ses compétences…mais on ne refait pas l’histoire. Baignée depuis l’enfance par l’obligation pour une femme d’être jolie, valorisée pour sa beauté et sa jeunesse tout au long de sa carrière, elle n’a plus osé se montrer à partir d’un certain âge.
      On aime les belles histoires mais la réalité a un côté toujours plus tragique.

  2. Pingback: Women Science History Museum – The Little World
  3. Bien aimé lire ce portrait (d’une personne dont j’ignorais tout) et qui m’a donné envie d’en savoir plus.
    C’est plus la narcissique un peu détraquée (apparemment assez nympho aussi, dans Wikipédia on parle de sa « légende noire ») qui m’a intéressé que la « scientifique » qui aurait imaginé le GPS etc. ( j’ai l’impression en plus qu’on exagère l’importance de son rôle afin que l’institution puisse la récupérer rétroactivement).

    Une de ses citations qui confirme tes impressions concernant ses couvertures de magazines: « N’importe quelle fille peut avoir l’air glamour, tout ce que vous avez à faire est de rester immobile et de prendre un air idiot » (« Any girl can be glamorous, all you have to do is stand still and look stupid. »). Au fond, n’aurait-elle pas inventé SL aussi, haha!

    • En ce qui concerne sa « légende noire », je pense que toute jeune actrice, d’hier comme aujourd’hui, qui accepte de tourner les fantasmes pervers de « vieux » réalisateurs ou tout au moins bien plus âgés, restera assimilée à ce rôle : l’exemple de Maria Schneider, dans le Dernier Tango à Paris, l’illustre presque comme un cas d’école.

      En matière de sexualité, contrairement aux hommes, les femmes ne sont jamais valorisées.

      Quant à Second Life, il renvoie une image de la femme directement liée à la prostitution comme si cela allait de soi, un produit de consommation comme un autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s