Dans ma valise…

Bonjour les ami(es) !

Allez hop c’est le moment de faire une pause. Rien de tel que de partir en voyage et d’adopter un nouveau rythme de vie. Et sans internet !

Pour l’occasion, je vais vous présenter ma valise…^^…de livres pour cet été. Alors, juste mes chouchous, rien à voir avec les nouveautés.

valise break rs

L’été c’est aussi le moment de lire ou de relire des ouvrages que l’on aime et/ou de découvrir de nouveaux auteurs qui vont nous entraîner dans des voyages au sens propre comme au figuré.

Alors, laissez-vous embarquer…J’ouvre donc ma valise.

dans ma valise ete 2015

Ah bé non ça ne va pas du tout ! Ce n’est pas celle-là ! ^^ Mon short, mon top, mon chapeau, mes petites robes d’été….Gloups, on recommence…

valise livres ete 2015

Ahhh, voilà qui est mieux. Maintenant, il s’agit de ranger un peu, de faire des catégories….enfin si on veut.

1) Mes rencontres 2014/2015

Gilles Chevallier : Les Compagnons de l’Orbe, tome 1, six seront, les éditons Bergame 

Une belle rencontre sur second life.

Un roman d’aventures fantastiques, inspiré du monde des jeux vidéos et des sagas MP3. De l’humour, une foison de détails, des personnes attachants, une truculence rabelaisienne…Je l’emporte pour le relire. Et quand on connaît l’auteur, c’est la cerise sur le gâteau. Il est aussi attachant que ses personnages.

https://fanetonblog.wordpress.com/2015/02/18/rencontre-avec-gilles-chevallier/#more-2389

Eric-Emmanuel Schmitt : Le poison d’amour, Albin Michel

Une dédicace en libraire, un auteur que je suis.

Une voix fluette qui contraste avec un physique de lutteur. De la douceur et une sympathie quasi-immédiate. Bon, submergée par la timidité, je n’ai pas été très brillante…Mais j’ai accepté quand son agent a proposé gentiment de me prendre en photos avec lui…^^

EES Poison d'amour

Et parmi les livres que je vous présente aujourd’hui, c’est celui que je n’ai pas encore lu. Autrement, je vous recommande « Les dix enfants que Madame Ming n’a jamais eus » ou « La rêveuse d’Ostende ». Mélange de nostalgie, de rendez-vous manqués, beauté des rencontres, d’amours impossibles, des tranches de vie…dans toute leur splendeur et leur cruauté.

Thomas Mathieu : Les Crocodiles, Le Lombard

Rencontre sur « Les femmes dans l’espace public : une parole censurée ? »  avec Chantal Montellier « La Reconstitution » puis dédicace et dessin à l’Escale du Livre.

Thomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques du harcèlement de rue et du sexisme ordinaire. En novembre dernier, des planches de sa BD devaient être exposées à Toulouse pour la Journée des violences faites aux femmes mais des représentants de la ville auraient été choqués par 15 planches en raison de leur « vulgarité » et de leur « immoralité » et du coup le projet a été abandonné.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/bande-dessinee/article/2014/11/25/bd-les-crocodiles-suscitent-la-polemique-a-toulouse_4528918_4420272.html#ex6YXWicCYCzihAs.99

En résumé, il est « moral »  d’exposer le Q des femmes dans un monde destiné aux hommes-cis-hétéro-blanc mais pas les violences qu’elles subissent. On vit une drôle d’époque, vous ne trouvez pas ?

Il faut savoir qu’il faut beaucoup de courage- qu’on soit un homme, une femme ou un(e)  trans- pour témoigner des harcèlements et dénoncer le sexisme dit « ordinaire » parce que les hommes  capables d’empathie et respectueux ont du mal parfois à imaginer la réalité et même la rejettent. Quant à certaines femmes, pour diverses raisons, elles se rangent du côté des…crocodiles, autrement dit des harceleurs.

Thomas Mathieu nous a racontés qu’au début certains pensant qu’il était une femme, il avait reçu beaucoup d’insultes virulentes et sexistes et lorsque son identité masculine a été connue, il a reçu aussi des insultes mais moins violentes…

Au fait, je l’ai invité sur second life. On verra bien…^^

2) Mes coups de cœur

Marcelle Sauvageot : Laissez-moi, Phébus

Un gros gros coup de cœur. Roman auto-biographique. Seul et unique. J’ai la gorge qui se noue rien qu’en pensant à ce livre et surtout à son auteure.

Dans sa chambre au sanatorium, elle ouvre la lettre de rupture de son amant… »Je me marie…Notre amitié demeure. » Marcelle Sauvageot est ce qu’on appelle une femme indépendante, professeur agrégée de littérature, qui se bat contre la tuberculose qui l’emportera à seulement 34 ans. Elle a aimé cet homme qui lui reproche maintenant les qualités qu’il semblait tant apprécier. Il va épouser une jeune fille qu’il ne veut pas décevoir (sic), une femme « sans droits et sans exigences ». Marcelle sait qu’elle ne sera jamais cette femme-là et que son amant ne pourra jamais comprendre non plus ce qu’est la souffrance d’un corps malade. Elle analyse avec un sens aigu la lâcheté des hommes…mais pas seulement car elle pose également sur elle-même un regard sans complaisance.

Cette femme, il l’aimait, parce qu’elle était forte, indépendante, riche d’idées personnelles ; s’il songe à l’épouser, ses instincts de domination, d’amour-propre et sa préoccupation du « qu’en-dira-t-on » transforment la force en révolte, l’indépendance en orgueil et mauvais caractère, les idées personnelles en égoïsme et exigences.

Un bijou de lucidité et de sensibilité. Un roman très contemporain d’une femme née en 1900.

Paul Eluard : J’ai un visage pour être aimé, Gallimard

Il s’agit d’un choix de poèmes de 1914 à 1951.

Eluard c’est une caresse, et  je citais déjà  Jean Paulhan dans un autre article  : « La poésie d’Eluard est comme la nuit, sans rivale » .

https://fanetonblog.wordpress.com/2014/05/02/eluard-jecris-ton-nom/#more-8

Anna Gavalda : Je l’aimais, J’ai lu

Une auteure que je suis.

« Avec un charme douloureux et lumineux, Anna Gavalda raconte que l’on peut partir par courage et rester par lâcheté. »  (4ème de couverture).

Tout est dit. Mis à part que je ne vois pas ce que le mot « charme » vient faire là-dedans. Remplaçons par « avec un talent lumineux… » et ce sera parfait.

Je n’ai pas vu le film, cela ne me semble pas nécessaire, ce serait même le contraire, je préfère imaginer les personnages. D’ailleurs je regrette le choix qui a été fait de mettre la bobine des acteurs sur la jaquette.

3) A emporter aussi…

Philippe Grimbert : Un garçon singulier, Le livre de poche

Une rencontre improbable entre un jeune homme et un enfant autiste dont il a la garde…Un été qui va bouleverser la vie de toute une famille. Une fin en apothéose, un acte insensé, tragique et désespéré, dont on devine les graves conséquences.

Mathilde Levesque : LOL est aussi un palindrome, First Editions

Journal d’une prof au bord de la crise (de rire). Ne manquez pas de lire la préface  « Ce que ce le livre n’est pas ». Professeur de français, elle nous livre comme un journal de bord quelques échanges quotidiens avec ses élèves dans un lycée réputé sensible du 93. Rien à voir avec les Perles du bac, c’est un regard ni ironique ni complaisant mais plutôt tendre, destiné à faire sourire tout en évoquant par petites touches des sujets de société tels que l’homophobie, la misogynie, le port du voile, la religion…

Mais Madame, c’est quoi un acte indirect de langage ? J’ai pas bien compris.

– Si je regarde la porte, ça veut dire quoi ?

– Que je suis viré.

– Ben voilà.

– Oui, enfin en général, vous êtes plus directe par contre.

Thomas Sanchez : Le Jour des Abeilles, Folio

C’est l’histoire de deux amants pris dans la tourmente de la Seconde Guerre Mondiale. Un secret bien gardé mis à jour par un Américain, professeur d’histoire de l’art. Il était un célèbre peintre espagnol et il a abandonné sa « muse » française en Provence. Elle luttera seule pour sa survie pendant des années sans revoir l’homme qu’elle ne cessera d’aimer et il refera sa vie mais sans jamais parvenir à l’oublier…

Mais même avoir après lu le « secret », je ne comprends toujours pas pourquoi il l’a abandonnée.

Voilà. Je dois passer aussi chez mon libraire car j’ai commandé le dernier de Jean-Christophe Grangé, Kaïken, en livre de poche, beaucoup moins cher (8,30 euros), et là on passe au thriller et c’est mon rv de l’été.

grange kaiken

Après, il y a les fameuses boîtes à lire, ces bibliothèques de rue où les personnes déposent, prennent et échangent des livres mis à la disposition de tous. Elles se situent dans des lieux fréquentés ou dans des parcs. Je salue cette excellente initiative même si je ne suis pas un bon exemple car si je prête mes livres à des amis ou des connaissances, je les empile et ne m’en sépare pas….^^

Si vous avez des titres à proposer à votre tour, n’hésitez pas !

Bonnes vacances à toutes et tous !

052

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s