Marguerite, la petite vache qui ne voulait pas mourir

Il y a une semaine environ, dans un village dans le Rhône, à Saint-Romain-de-Popey, une génisse s’est rebellée alors qu’elle était conduite à l’abattoir et elle a pris la poudre d’escampette. Maîtrisée par l’injection massive de tranquillisants, elle est désormais impropre à la consommation.

Mais elle ne bénéficie que d’un sursis d’un mois avant d’être reconduite à l’abattoir. Une pétition circule à l’initiative d’une dame belge, émue par le sort de la petite rebelle française qui porte désormais le nom de Marguerite.

Photo d'illustration

Photo d’illustration

Alors, certains diront :

– De nos jours, il y a des pétitions pour tout et pour rien.

– C’est vrai, mais en l’occurrence il s’agit de sauver une vie, animale certes, mais une vie tout de même !

– Pourquoi cette vache-ci et pas une autre ?

– Oui, c’est injuste assurément, mais le fait qu’elle se soit rebellée face à une mort inéluctable nous confronte à notre propre espoir de surmonter les obstacles qui jalonnent notre vie, aussi insurmontables qu’ils puissent nous apparaître.

Cela ne changera pas les conditions de vie des bêtes d’élevage.

– Hélas non mais on peut agir en sortant d’un silence qui nous rend complices et apporter une pierre de plus à l’édifice des droits des animaux. On a tous besoin de croire, à un moment ou à un autre, à une histoire qui se termine bien.

Je sais qu’il y a d’autres objections. Mais ce monde là n’est pas celui où je veux vivre ni que je veux laisser à nos enfants.

J’aimerais illustrer ces propos par un exemple de cruauté ordinaire que l’homme inflige aux animaux alors qu’il ne peut plus ignorer qu’ils sont doués de sensibilité tout comme nous.

Le veau est né dans la nuit. Dès le matin, il sera séparé de sa mère (dite vache à lait) sans ménagement et conduit dans ces monstrueux boxes à veau où il survivra quelques mois avant d’être conduit à son tour à l’abattoir. Elle ne pourra jamais lui donner son lait et il ne grandira pas à ses côtés. Et cela se passe en France, de nos jours.

Que dire aussi sur  la « ferme des 1000 vaches » où on élève des vaches comme des poulets en batterie ?

Certains diront : oui mais c’est moins cher et pour les pauvres, c’est mieux.

Proposer de la nourriture de m………. à des personnes qui ont un faible pouvoir d’achat, en quoi c’est mieux ? C’est prendre le problème à l’envers. Prendre en compte le bien-être des animaux c’est une attitude responsable qui va de pair avec offrir une nourriture de qualité et saine à tous les consommateurs, à des prix raisonnables. Il n’y a pas de secret : un poulet à 2,99 euros le kilo, c’est un poulet élevé en cage, qui n’a jamais vu la lumière du jour et nourri de farines de…poisson.

En effet, la maltraitance des animaux n’est pas sans conséquence sur notre santé. Boire le lait et manger la viande d’un animal qu’on a fait souffrir, stressé, bourré d’antibiotiques, élevé dans des conditions d’hygiène douteuse et alimenté de façon parfois suspecte…N’oublions pas qu’on a déjà nourri des ruminants et autres mammifères avec des farines animales. En 1985, de nombreux agriculteurs européens ont nourri leurs vaches avec des farines animales issues de l’équarrissage et les bovins infectés ont développé la maladie de Creutzfeldt-Jakob, maladie incurable qui s’attaque au cerveau et transmissible à l’homme.

Rentabilité, productivité…RIEN ne peut justifier tout cela.

Citation Albert homme animal

Un nom a été donné à la vachette qui ne voulait pas mourir : Marguerite. Sans doute une référence au film d’Henri Verneuil, « La vache et le prisonnier » avec Fernandel. Ce n’est pas un numéro. C’est un être vivant qui mérite le respect. C’est une génisse, c’est-à-dire une jeune vache qui n’a jamais donné naissance à un veau.

Pour tenter de sauver Marguerite, il faut signer la pétition : https://www.change.org/p/la-petite-vache-qui-ne-voulait-pas-mourir?recruiter=65034119&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_facebook_responsive&utm_term=des-lg-share_petition-custom_msg&fb_ref=Default

Espérons qu’elle sera rachetée par une association d’aide aux animaux et qu’elle aura une vie meilleure.

Publicités

3 réflexions sur “Marguerite, la petite vache qui ne voulait pas mourir

  1. A reblogué ceci sur The Little Worldet a ajouté:
    Un article de Fanette que je vous invite à lire, ainsi qu’une pétition à signer.

    Je partage rarement les appels à action pour les animaux. Pas que je ne m’intéresse pas à la cause des animaux, bien au contraire, mais il arrive bien trop souvent que les appels tombent dans le sensationnalisme.

    Comme à son habitude, Fanette evite ce genre de piège. N’hésitez pas à lire l’article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s