Bring back our girls : un an après

Il y a tout juste un an, le 14 avril 2014, le groupe islamiste Boko Haram enlevait plus de 200 jeunes filles dans leur lycée, à Chibok, au nord-est du Nigéria.

C’était la veille de l’examen de fin d’études secondaires des adolescentes.

A ce jour, on n’a aucun signe de vie des otages. Triste anniversaire.

S’attaquer à des lycéennes a une valeur hautement symbolique. Refuser l’accès à l’éducation aux femmes c’est les maintenir dans l’asservissement.

meagan-good-bring-back-our-girls

Amnesty International rappelle que plus de 2000 femmes ont été enlevées au Nigéria depuis 2014 et réduites à l’état d’esclaves sexuels et/ou étant utilisées comme kamikazes. Contraintes de se battre aux côtés de leurs agresseurs, mariées de force, converties à l’Islam, tout refus entraînant une exécution sommaire.

Pour ne pas oublier les violences faites aux femmes, pour ne pas les oublier, ce sont toutes nos sœurs de cœur et on ne peut fermer les yeux…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s