Rencontre avec…Gilles Chevallier

Lors de la dernière soirée de lecture/débat, j’ai fait la connaissance de Gilles Chevallier, qui vient d’être publié aux Editions Bergame, avec son roman d’aventure fantastique, « Les Compagnons de l’Orbe ».

Il s’est prêté, avec gentillesse et simplicité, au jeu de l’interview.

Avatar de Gilles Chevallier sur Second Life

Avatar de Gilles Chevallier sur Second Life

L’entretien ne portera pas sur une critique littéraire du roman « Les Compagnons de l’Orbe », tome 1 mais davantage sur l’aspect disons technique et les conseils qu’un jeune auteur peut partager avec ceux/celles qui souhaitent se lancer dans l’aventure ou le marathon au choix.

Quand nous nous sommes revus, Gilles venait la veille de faire sa première séance de dédicaces au Cultura de Venette, en Picardie et je supposais, que même si la tension était un peu retombée,  qu’il devait être encore sous le coup de l’émotion. Prochain rendez-vous le 28 mars au Salon du Livre de Chevrière dans l’Oise.

« C’est très stressant au départ. Cultura avait pris 30 exemplaires, la moyenne étant de 20, et j’en ai vendu 26. Ils conseillent de ne pas jouer les « commerciaux » mais d’être accueillant. Quand on les appelle, il faut être sûr de soi, ne pas être timide. Ils reçoivent énormément de demandes, il faut être « vendeur » au téléphone. Journée émouvante ponctuée de belles rencontres. »

Gilles a prévu 3 tomes, il vient d’ailleurs de terminer le deuxième et il y a une histoire complète par tome.

 gilles les compagnons de l'orbe

A l’origine, tu as décidé de créer ta propre série d’histoires pour tes deux enfants, qui ont été tes premiers lecteurs et fans.

« J’avais pris l’habitude de leur lire des histoires depuis des années. Nous avions englouti la totalité de la fabuleuse série de David Eddings et de son génial traducteur Dominique Haas. Nous partageons une passion dévorante pour les séries audio : le Donjon de Naheulbeuk, Reflets d’acide, Adoprixtosis, Le monde pitoyable de Glagnork… Nous étions impatients de découvrir la suite de certaines sagas et romans et j’ai décidé de créer pour mes enfants, une fille et un garçon,  notre propre série. C’est ainsi que j’ai commencé par leur attribuer des personnages correspondant plus ou moins à leur caractère. »

Pour autant, il ne considère pas son roman comme de la littérature pour enfants, car les tournures sont travaillées et le vocabulaire recherché. Gilles attache beaucoup d’importance également à la musicalité des mots. C’est un roman destiné à tout public.

Au fil de la conversation, il évoque d’autres raisons ou motivations.

« Je suis gamer, je venais de passer 10  heures sur un jeu et je n’avais rien créer, contrairement à celui qui avait conçu le jeu. J’ai eu le sentiment d’avoir perdu 10 heures de ma vie. »

 » Ma volonté était d’apporter du réconfort, quelque chose de joyeux, pouvoir transmettre à d’autres ce que certains ouvrages m’ont procuré, le côté déstressant. »

Tu as un rituel d’écriture ?

« Le matin, au calme de préférence. Ou le soir, le week-end, pendant les vacances. Je plante le décor, je mets mes personnages. Je les vois, je les entends. Il ne faut pas être dérangé. Souvent, je mets un casque.

Il faut faire un plan (début, milieu, fin) , se créer une pré-trame, en tout cas pour les amateurs comme moi. Et comme il s’agit un peu d’un « road-movie », j’ai dessiné une carte à l’échelle en fonction du temps passé.  Je ne prends pratiquement pas de notes, tout est sur Word. Il faut faire des tonnes de sauvegardes et sur clés aussi. Cela prend une centaine d’heures.

Quand on écrit un roman, on stocke une foule de détails pour ne pas oublier, les fiches des personnages, principaux et secondaires, les lieux et les objets spéciaux, dans mon cas une liste d’instruments du répertoire fantastique…

Je trouve que l’un des grands défis de l’écriture est d’essayer de ne pas tomber dans le « lieu commun », le déjà vu et revu.

Et oui… on a beau faire, on est inconsciemment considérablement influencé par ce qu’on a aimé voir, lire ou entendre.

C’est en partie pour cela que j’ai tenu à ce que l’elfe ne soit pas affligée d’une stupidité consternante et que les nains ne soient pas désagréables, râleurs et personnels.

Pour autant, il me tenait à cœur de rendre hommage à quelques créateurs mentionnés dans les remerciements. »

Nos avatars dans ma maison virtuelle slienne

Nos avatars dans ma maison virtuelle slienne

Pourquoi as-tu été choisi selon toi parmi les milliers d’ouvrages que reçoivent les maisons d’édition chaque année ?

« Le dialogue entre le narrateur et l’oiseau a plu à mon éditeur au départ et le côté déstressant, léger ainsi que des personnages attachants. Ce sont des clins d’œil au lecteur. Il ne faut pas se perdre dans des descriptions interminables, pas de paragraphes qui fassent masse. Quand un éditeur ouvre le manuscrit, cela doit être aéré. »

Que penses-tu de Second Life ?

« Second Life m’a apporté le soutien des gens qui ont accroché à l’histoire, cela m’a énormément aidé, c’est rassurant. Il y a aussi des paysages sliens qui inspirent et la possibilité de mettre une image sur un personnage. »

A ma demande, Gilles Chevallier a accepté gentiment de faire une synthèse de conseils pour de futurs auteurs :

–  prendre un maximum de notes et de la classer soigneusement dans des dossiers Word de façon à les avoir facilement sous la main

–  s’efforcer de s’éloigner des sentiers battus

– aérer ses textes

– concernant les éditeurs, surtout il faut bien cibler les maisons susceptibles de publier son style d’écriture

– apporter un soin tout particulier à la création du prologue mais surtout de la quatrième de couverture et du résumé destiné à présenter l’œuvre

– Vu le nombre ahurissant de manuscrits qu’ils reçoivent, il faut apporter un très grand soin à la présentation et passer par au moins trois correcteurs dans l’entourage. Je conseille de leur confier un exemplaire papier de façon à préserver vos fichiers Word car il est possible que vos correcteurs n’aient pas les mêmes versions…

– Les dialogues sont précédés de  ( d’espaces puis de tirets ) cadratins ou demi cadratins suivis d’un espace normal.

– Attention : jamais de majuscules après les didascalies : ( Regardez, ils viennent d’arriver ! s’écria-t-il… ) Généralement le correcteur de Word marque une faute mais il ne faut pas en tenir compte.

– Bien sûr, il faut penser à numéroter ses pages et à créer un chapitrale précis et mis en index.

Sinon, que dire ? Attention aux répétitions, aux phrases à rallonge, aux descriptions interminables. Le bourratif passe mal…

Personnellement je fais au minimum deux relectures à voix haute. C’est très long, fatigant et pénible mais on élimine pas mal d’erreurs de ponctuation.

Un bon manuscrit entre 300 et 400 pages coûte 25 euros, les éditeurs mettent de deux à six mois à vous répondre alors armez vous de patience… certains acceptent de vous les renvoyer si vous leur joignez une enveloppe timbrée.

Surtout pensez à protéger vos textes en les déposant à la SGDL ou en vous les envoyant à vous-même en recommandé puis en prenant soin de ne pas les ouvrir.

Et pour finir, faites des tonnes de sauvegardes , on n’en fait jamais trop…

Renforcer le lien familial par des références communes, créer et non plus se contenter de consommer, apporter du réconfort avec une série joyeuse et remplie d’humour et des clins d’œil complices aux lecteurs…Voici, peut-être, en résumé les trois clés du succès de Gilles Chevallier.

Vous pouvez le suivre sur FB : https://www.facebook.com/pages/Les-compagnons-de-lorbe/1578883992323164?pnref=lhc                              

Publicités

3 réflexions sur “Rencontre avec…Gilles Chevallier

  1. J’ai replacé les différentes images et notecard des personnages de Gilles que j’avais mises à mon expo qui avait disparu lors du tsunami chez nous… Espace beaucoup moins joli, mais décoré à ma façon dans le jardin de la Planète.

  2. Pingback: Dans ma valise… | Regards Sliens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s