Survivre dans une jungle hostile

En tant que grand écrivain (si,si) et accessoirement grand reporter ^^, j’ai voulu faire comme Jean-Christophe Grangé, un auteur de thriller que j’adore, et me rendre dans le pays où allait se situer le cœur de mon prochain roman, afin de l’étayer par une documentation fournie et fiable et m’imprégner de l’ambiance pour pouvoir mieux la décrire à mes innombrables quelques lecteurs.

Sauf que mon avion ayant crashé, je me retrouve l’unique survivante et la prisonnière d’une jungle hostile…

 

the jungle crash

 

http://maps.secondlife.com/secondlife/Green%20Acres/34/181/33

Mayday…mayday…Crash de l’avion…Le trou noir…J’arrive à m’extirper je ne sais comment de l’appareil en flammes…Les autres voyageurs n’ont pas eu cette chance…Mais est-ce vraiment de la chance ? Tout est perdu ou hors d’usage, notamment la radio et la trousse de secours. Cependant, je ne souffre apparemment que de quelques contusions.

A peine ai-je fait quelques pas que je me retrouve engloutie par une plante-dragon…La beauté du diable…Ah non, ce n’est pas possible : survivre à un crash pour se retrouver petit déjeuner d’une plante carnivore…Mais heureusement, je ne dois pas être à son goût car elle ne tarde pas à me rejeter.

the jungle plante dragon the jungle interieur plante

 

Le danger est partout. Invisible souvent, omniprésent, presque palpable. Tapis dans l’ombre. Prêt à bondir. A l’affût de toute forme de vie. Danger dans l’eau, sur terre et peut-être même venant des airs. Qui sait la réaction des vautours si je venais à me blesser ? Se méfier des grosses bêtes mais aussi des petites. Des reportages effrayants me reviennent en mémoire, les sangsues, les mygales (brr !), certains singes qui à l’occasion mangent aussi de la viande, l’angoisse des nuits dans la jungle peuplées de moustiques…

the jungle crocodiles

 the jungle serpent

Mais tout le monde sait que le pire des prédateurs est …l’Homme.

the jungle predateurs elephant

 

Justement, des autochtones…un camp…ils dansent autour d’un feu…Evidemment, les premières questions qui me viennent à l’esprit sont : hostiles ou pas ? cannibales ? Est-ce raisonnable d’essayer de faire ami-ami ? Arf « raisonnable », je déteste ce mot. Je ne vois pas de femmes…

the jungle campthe jungle masque the jungle marmite

 

Le confort est sommaire. En guise de lit deux peaux de bêtes à même le sol. On dirait un camp provisoire. Peut-être ne viennent-ils sur cette île que pour chasser ? Je vole le seau d’eau car j’ai très soif. L’eau a un drôle de goût. Mais pas les moyens de faire la difficile.

the jungle confort sommaire

 

Pour l’instant, je décide de ne pas me montrer. Je vais faire comme cet orang-outan et me nourrir de fruits. Très peu pour moi la chasse…La vue du sang me fait horreur tout comme l’idée de tuer un être vivant.

J’ai vu les carcasses d’un bateau et d’un planeur, rouillés par l’usure du temps, et si survivants il y a, où sont-ils ?!

the jungle singe banane

 

Je déniche une barque, cachée parmi les roseaux. Peu à peu, je me laisse envahir par la beauté des paysages, la luxuriance de la végétation, les parfums enivrants et la moiteur me gagne…Même les cris des animaux me paraissent moins effrayants. Certains sont d’une beauté à couper le souffle.

the jungle barque

 

Pourtant, je me sens observée…Quelle idée de partir comme ça si loin de chez moi pour un roman, ce souci de la perfection me perdra un jour !

the jungle les yeux

 

Me nourrir de fruits, me baigner laver dans les cascades…Je regrette de ne pas avoir plus de connaissances en botanique pour savoir quelles plantes je pourrais manger sans risque et utiliser pour cicatriser des plaies éventuelles et lutter contre les fièvres et autres maladies. Combien de temps vais-je pouvoir survivre ? J’ai appris à faire du feu, je cours vite, je sais grimper aux arbres mais je n’ai pas beaucoup d’endurance. De toute façon, c’est bien dérisoire face à un tigre qui peut faire du 50 km/h. Et pas de Tarzan à l’horizon…^^

the jungle tigres

Je pense à ceux qui m’aiment et qui vont s’inquiéter pour moi, sans oublier les familles des autres voyageurs.

C’est curieux, je me sens comme engourdie…Justement, un hamac me tend les bras, si je puis dire…Je ne résiste pas longtemps. Qui pourra me venir en aide ? Le message de détresse a-t-il été réceptionné et notre position enregistrée avant le crash ? Combien de temps , de jours, de nuits, de semaines, de mois va-t-il s’écouler avant l’arrivée des secours ?

the jungle hamac

 

Mais que contenait l’eau que j’ai bue ? Pourquoi la présence de ce hamac parmi les bêtes sauvages ne m’étonne-t-elle même pas ? La folie sera-t-elle ma seule compagne désormais ? Je ne tarde pas à sombrer dans un profond sommeil.

Peut-être me trouverez-vous encore endormie dans le hamac ou ne s’agissait-il que d’un mauvais rêve…Mais il y a des cauchemars dont on ne se réveille jamais.

Et le soir quelquefois
Quand les vagues s’arrêtent
J’entends comme une voix
J’entends… c’est la Fanette.

 

Advertisements

Une réflexion sur “Survivre dans une jungle hostile

  1. J’avais pas vu celui-ci ! mdr, et excellente tournure ! bravo
    Sinon, y’a des hamacs là où je t’ai amenée hier, mais fait gaffe, y’a un croco dans l’eau en plus du propriétaire ! mdr
    Je taquine, c’est un adorable garçon… un peu espiègle à sa manière !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s