Manga Fair : un univers pas si kawaï

Le manga est une bande dessinée et un produit de consommation de masse au Japon qui s’est propagé en Occident dans les années 80-90 par le biais de dessins animés comme Candy, Goldorak, Sailor Moon ou Dragon Ball.

Le Manga Fair est un event qui se déroule pendant tout le mois de juillet.

 Manga fair en tête

 

http://maps.secondlife.com/secondlife/Burning%20Desire/139/143/25

 

On pourrait réduire le manga à ses héroïnes, ces collégiennes faussement ingénues et court vêtues destinées à attirer un public mâle hétéro. Mais comment ne pas faire un parallèle alors entre les tenues d’écolières japonaises et les tenues fantasmées d’infirmières et de soubrettes occidentales ? On pourrait rétorquer que le malaise est dû au fait qu’il s’agit pour le manga de présenter des mineures comme des objets sexuels. Mais que penser  de la culture Lolita (Nabokov, culte de la jeunesse dans les publicités, la mode et le cinéma…) ?

Il ne s’agit donc pas de donner des leçons mais d’avoir une certaine lucidité sur le sujet. Oui, le manga s’autorise des images régressives, violentes et même inquiétantes et on fait une distinction entre le manga érotique (ecchi) et pornographique (hentai) .

La différence majeure se situe au niveau de la loi. Notre code pénal stipule que les mineurs doivent être protégés des contenus estimés préjudiciables comme la pornographie ou les contenus portant atteintes à la dignité humaine. Or, au Japon,  les dessins à caractère pédopornographique mettant en scène des relations sexuelles entre des hommes adultes et de très jeunes filles, comme dans le manga lolicon,  ne sont pas illégaux.

Manga fair 2014_011

 

On devrait parler en fait des mangas puisque les mangas sont divers et segmentés et s’adressent à un public ciblé et différent. Le shôjo par exemple est un genre destiné aux filles et « Princesse Saphir », est considéré comme le manga fondateur et le premier à introduire le travestissement . Le travestissement est subi puisque la jeune fille doit se faire passer pour un garçon pour accéder au trône.

Le manga traduirait aussi un refus du monde des adultes et de ses contraintes et pourrait être comparé au syndrome de Peter Pan. Selon le psychanalyste américain Dan Kiley, ce syndrome touche des hommes narcissiques, émotionnellement immatures et socialement irresponsables et dépendants.

manga fair doll_006                                          Manga fair 2014_013          Manga fair 2014_017

Il s’agirait également de libérer son imaginaire dans des univers où tout est permis, sans tabou, par contrepoids envers une société considérée comme oppressante et très codifiée. Certains y voient même une espèce de soupape de sécurité susceptible de canaliser des pulsions inquiétantes. Et les mangas traduisent  aussi un malaise dans les relations homme-femme dans le Japon contemporain.

Que penser également de l’état mental et émotionnel de ces jeunes filles qui veulent ressembler à des poupées, allant jusqu’à se faire débrider les yeux pour correspondre aux standards de beauté occidentaux et à leurs héroïnes de manga, dont les traits ne sont pas asiatiques ?

Manga fair 2014_004

73% des adolescents japonais  lisent régulièrement des mangas et l’activité économique qui en découle est très importante, avec beaucoup de produits dérivés.  Les personnages sont omniprésents dans le paysage urbain nippon.

En 1999 nait en France le premier festival de BD et d’animation japonaises, la Japan Expo.

Manga fair 2014_003

Pour en revenir au Manga Fair qui se déroule pendant tout le mois de juillet, on peut y trouver quelques freebies mais en faible quantité en comparaison des autres events rassemblant des créateurs ou des thèmes japonais :

Damsefly, cheveux avec hud, Lizzie mix pack, free TLB, collier, creepy gril choker, free Dans la tradition japonaise, les kokeshi, ces jolies poupées sont offertes pour déclarer son amitié ou son amour à la personne qui la reçoit. not free, à trouver ici : http://maps.secondlife.com/secondlife/Les%20Champs%20Elysees/97/227/24

Damsefly, cheveux avec hud, Lizzie mix pack, free
TLB, collier, creepy gril choker, free
Dans la tradition japonaise, les kokeshi, ces jolies poupées sont offertes pour déclarer son amitié ou son amour à la personne qui la reçoit.
not free, à trouver ici : http://maps.secondlife.com/secondlife/Les%20Champs%20Elysees/97/227/24

 

En résumé, à moins de vivre dans le pays de Candy, l’univers du manga n’est pas si « kawaï ».

 

Pour plus d’infos sur « L’enfant au japon » : http://www.reseau-asie.com/userfiles/file/I01_kuruda_japon_politique.pdf

 

Publicités

2 réflexions sur “Manga Fair : un univers pas si kawaï

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s